Développement Ariane 5 – 08 Septembre 2016 Essai MPS ARTA 6

4,50

Réf : 5102000

Catégorie :

Description

DD020 - Développement Ariane 5 - 08 Septembre 2016 Essai MPS ARTA 6

L’Agence spatiale européenne, dans le cadre de son Programme d’Accompagnement à l’Exploitation des Lanceurs (LEAP) a procédé le 8 septembre 2016 au 6e essai d’un Moteur à Propergol Solide (MPS) au Centre spatial guyanais. La réalisation de cet essai a été confiée à la Direction des lanceurs du CNES qui exploite le Banc d’essai des accélérateurs à poudre (BEAP) où se déroule l’essai. Comme pour chaque lancement, un plan de mesures est mis en œuvre par le CNES/CSG pour surveiller l’impact de cette activité sur l’environnement.

Le Programme d’Accompagnement à l’Exploitation des Lanceurs (anciennement connu sous l’acronyme ARTA pour Accompagnement de Recherche et Technologie du lanceur Ariane 5) vise à maintenir la qualification du système de lancement Ariane.

Son but est de : vérifier le bon état des équipements en s’assurant qu’il n’y ait aucune dérive de fabrication, traiter les éventuelles anomalies, permettre la qualification de nouveaux produits ou de modifications.

Il consiste, entre autres, à réaliser des essais sur des matériels prélevés lors de la production qui sont alors testés au BEAP.
Certains incidents ou événements extérieurs peuvent contraindre les industriels du programme à changer ou modifier des matériaux, des composants ou des procédés. Ces événements peuvent être, par exemple, des ruptures d’approvisionnements (arrêts de production ou défaillances de certains fournisseurs), des évolutions de la législation, ou tout autre impondérable ayant un impact sur la définition ou la réalisation de tout élément du lanceur. D’autres modifications peuvent avoir des objectifs de réduction de coûts. Parmi elles, certaines sont parfois issues de travaux technologiques initiés par la R&T CNES et appliquées par l’industriel sur ces essais à feu grandeur nature, avant d’être proposés pour la production. La R&T* contribue également à l’amélioration des outils en propulsion solide,  de la fabrication d’un moteur  à l’exploitation d’essais.

A l’instar d’un tir Ariane, Soyouz ou Vega, un plan de mesures est mis en place par le CNES pour chaque tir ARTA.
Un plan de mesures de la qualité de l’air et de l’eau permet d’évaluer en temps réel l’impact de cette activité sur l’environnement, en réponse à la législation en vigueur.

Ces mesures sont réalisées autour du Banc d’essai mais aussi sur les villes de Kourou, Sinnamary, au Centre technique et sur les sites d’observation des lancements. Trente capteurs fixes ou mobiles sont mis en place pour la durée de l’essai. Les prélèvements sont analysés par l’Institut Pasteur.

Les mesures effectuées lors des précédents tirs ont démontré que l’impact écologique (rejets acides) est extrêmement limité notamment grâce à des contraintes météorologiques très strictes.

A l’instar des lancements, le tir au BEAP est soumis à des critères météorologiques. Les vitesses de vents au sol et en altitude ainsi que les précipitations (pas de pluies dans une fenêtre d’1h après le tir) sont évaluées pour autoriser le tir. Ces critères permettent d’éviter la dispersion de polluants avant leur dilution à des taux négligeables.

LEAP est un programme de l’Agence spatiale européenne dont la gestion globale est placée sous l’égide de l’équipe projet intégrée : ESA-APT (Ariane Programme Team) composée d’équipes de l’ESA et de la Direction des Lanceurs du CNES. Il représente un enjeu majeur pour l’ESA car le système de lancement Ariane garantit un accès indépendant à l’espace pour l’Europe.

Tirage : 100

Informations complémentaires

Dimensions 17 × 10 cm